S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Archives par mois


 Pour le commerce à Romans

des propositions collégiales

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

  • thom
  • Vendredi 25/01/2008
  • 19:23
  • Lu 6267 fois
  • Version imprimable
 

Suite à ma précédente contribution d'ordre privé, j'interviens cette fois dans un cadre professionnel. 


Voici une synthèse réalisée par un groupe de travail composé de commerçants Romanais : Baietto Martine (le Dépôt), Le Roy Aurélie (Marques Avenue), Labaune Michèle (Roux Diffusion), Huriez Thomas (Comptoir A part), Manoukian Serge (Serge Manoukian), Vinson Christian (la Charrette).

A partir d'un constat partagé, nous avons souhaité faire des propositions pour développer l'offre commerçante de l'agglomération et transformer plus de visiteurs de Marques Avenue en visiteurs de la ville (Bourg-de-Péage inclu) afin qu'ils découvrent l'offre globale commerciale et culturelle locale.

 

Nos besoins étant parfaitement complémentaires, nous souhaitons profiter de ce contexte local privilégié :

  • Les commerçants ont bien sûr tout intérêt à être plus visibles, et par leur activité ils enrichissent l'offre globale de la ville. Par ailleurs, des visiteurs qui se promènent restent plus longtemps dans notre ville, se restaurent, etc.
  • Marques Avenue ne peut plus sur son site s'agrandir pour développer sa fréquentation. Plus l'offre globale de la ville sera large et attractive (à l'image de Troyes), plus Marques Avenue verra augmenter ses visiteurs puisque c'est l'incontournable.
  • Pour la ville, ce tourisme commercial est l'occasion de promouvoir la culture locale (spécialités, musées, ...), de renforcer sa notoriété, et de booster l'activité économique.

 

Après une première rencontre la soixantaine de propositions recensées a fait l'objet d'une sélection. Chacun a exprimé ses priorités, voici les 10 propositions ayant retenu le plus de suffrages :

  • signaliser les différentes zones commerçantes de l'agglomération et créer un courant entre Marques Avenue et le centre ville,
  • mettre en place une communication commune sur l'offre globale de la ville,
  • les jours de forte affluence proposer une navette gratuite aux visiteurs,
  • faciliter l'arrivée de visiteurs les jours de forte affluence (assouplissement des règles de stationnement, partenariats avec la sncf, etc....),
  • organiser les animations en synergie,
  • formaliser les différentes zones commerçantes (nom, etc...),
  • encourager les jours/heures d'ouvertures communs,
  • proposer dans tous les commerces un mini-plan de l'agglomération avec les différentes zones commerçantes et crochets culturels (un exemple de fly au format A6 mais il manque Bourg-de-Péage : http://thom.huriez.net/cartedos.jpg)
  • mettre en ligne un site internet décrivant l'ensemble de l'offre commerçante et culturelle de l'agglomération,
  • se faire aider d'un attaché de presse.

 

Il ne s'agit bien sûr pas de propositions exhaustives, mais d'une simple contribution que nous souhaitons constructive. Nous invitons donc l'ensemble des commerçants/parties prenantes à enrichir ces pistes de réflexion, pour ensuite les concrétiser. 

 

Nous devons aussi avoir conscience qu'en l'absence de représentation globale des commerçants (la Cité du commerce s'est dissoute en 2007), nous devons nous structurer pour offrir aux pouvoirs publics un interlocuteur identifié et légitime.

 

En cette période électorale, nous informons aussi convier les rédactions du Dauphiné Libéré et de l'Impartial à consulter cette contribution, ainsi que les 3 candidats déclarés aux élections municipales romanaises que sont Monsieur Bertholet, Monsieur Perret et Madame Thoraval.

  

Thomas HURIEZ pour le groupe de travail

Notez cet article

Autres articles sur le même sujet

Commentaires

Merci Thomas d'avoir pensé à Romans Ensemble pour y déposer ces propositions.

Elles rejoignent en partie certaines de mes réflexions sur le fait qu'on a 2 offices de tourisme en dur sur Romans-BDP. Si on économisait sur l'un d'eux, on pourrait certainement se servir de la masse salariale dégagée pour faire des actions en ligne par exemple. Les guides papiers ne manquent pas, mais structurer la visibilité du commerce local en ligne (et de l'offre touristique), travailler le référencement de tous seraient des vrais atouts pour des touristes lointains qui de plus en plus consultent des informations en ligne avant de se déplacer.

Bien sûr, la Drôme a travaillé à une plateforme de réservation hotelière unique. Mais je ne suis pas sûr que ce système favorise l'appropriation.

En tout cas, on sent le besoin d'une Cité du commerce 2. ;-). Quant aux candidats, laissons leur la parole pour voir quelles sont leurs propositions pour le commerce Romanais.

 

 

Oui !

Bonjour à toutes et tous,

Lecteur assidu de la blogosphère, je suis heureux de trouver enfin un projet élaboré par une partie du monde commerçant de l'agglomération. Les municipalités ne peuvent rien imaginer de sérieux en matière de comemrce sans un véritable partenariat avec les commerçants eux-même et dieu sait que ce n'est pas évident notamment depuis la dissolution de la Cité du Commerce (remerciements au passage à Murielle GINDRE qui s'est démenée pour que cette association vive et soit représentative).

En ce qui nous concerne (Liste Bertholet), notre projet propose,entre autre, de redonner un "coup de fouet" au tourisme commercial et à ce formidable moteur économique qu'est le commerce (environ 1400 emplois sur la seule ville de Romans). Nous sommes conscient de l'enjeu pour notre territoire. Alors, le 30 janvier prochain, découvrez nos propositions en la matière ! Certaines recoupent de très près les vôtres que je viens de découvrir.

Au plaisir d'une prochaine rencontre à ce sujet et en souhaitant un véritable partenariat en la matière,

Cordialement

Philippe DRESIN

 

 

 

Re: Oui !

Un grand classique. Plutôt qu'une réponse, on reste énigmatique et on renvoit à la présentation du programme. Ah, la sacro-sainte communication... On attendait un peu plus de fluidité et de transparence Philippe. ;-)

 

 

Re: Oui !

Hubert,

C'est promis tu l'auras le programme (site en action normalement le 30 janvier) mais laisse nous quand même encore quelques jours pour le fignoler complètement ! Je te signale quand même qu'on a déjà annoncé notre liste ainsi que les grands axes du projet...Ils en sont où les autres ?! Tu vas me dire, c'est pas une référence et tu auras raison. Mais on est "au turf" en permanence et on ne peut pas faire plus vite.
Par ailleurs, je ne pense pas inutile de rencontrer les commerçants à l'origine de cette initiative parce que leurs propositions collent assez près à ce que nous avons essayé de lancer il y a quelques mois avec la Municipalité.

Cordialement

Philippe DRESIN

 

 

Re: Oui !

et d'ailleurs le rdv est pour ce soir à 18h00 !

Philippe

 

 

Re: Oui !

BELLE REPONSE  PHILIPPE KI VA SANO VA LONTANO  IGNAZIO

 

 

Re: Oui !

BELLE REPONSE  PHILIPPE KI VA  PIANO        VA LONTANO  IGNAZIO ROMANS

 

 

Belle initiative !

Bonjour,
Je "tombe" sur votre projet par hasard, et je peux vous dire que s'il était mis en oeuvre, ce serait terrible !
Toutes les actions proposées entrent pile dans ce que recherchent les visiteurs qui se rendent à Marques Avenue.
Personnellement je vis sur Grenoble, je vais à MA pour shopper accompagnée, souvent, de mon chéri & de plusieurs couples d'amis..
Générallement, on aime bien profiter de cette journée pour non seulement faire des courses, mais aussi profiter un peu de la ville, se faire un petit restau, se ballader etc..
Les points faibles soulevés dans votre articles sont exactement ceux là = commercants pas assez distincts, problème pour trouver le centre ville (je connais qd même différentes personnes ayant renoncées à explorer le centre ville de romans ou BDP !!), manque de communication par rapport aux commercants = qui propose quoi, ou, comment y aller = il faudrait également remanier les dépliants proposés = ils ne proposent pas toute l'offre (je pense à certains magasins de BDP par ex)
A coté de cela, il faudrait mettre en avant les visites culturelles, parce que bon ok, le shopping c'est bien mais après?
Un site internet serait une très bonne idée également = avant notre dernière visite il y a 1 mois, nous avons en vain chercher des infos sur les commerces de Romans & BDP...
Il est évident que certaines actions seront plus longues à mettre en place..  J'éspère vraiment que vous allez continuer dans ce sens car sans aucun doute cette "région" gagne à être connue ; Il est dommage que seul MA en profite...
Re-dynamiser !!!
Cordialement

 

 

Parcours d'artistes et d'artisans dans le centre ancien

Bonjour,

Il existe un collectif d'artiste et d'artisans du centre ancien (principalement la rue Pêcherie) qui s'appelle "l'hameçon". Jean-Luc Boiré, illustrateur, en est un membre actif.

Nous avons répertorié pas moins de 23 sites d'artistes/artisans/galleries sur le centre ancien et comptions faire une maquette de plan pour un "parours d'artiste"(*) qui a été retrardée vue mes difficultées au niveau professionnel.

Bravo pour votre initiative (confidentielle? puisque je n'en n'ai eu vent qu'à une réunion publique sur le commerce ce jeudi 7 février).

Armel
(Atelier-boutique de chaussures sur mesures Côte Jacquemart)

(*) expression utilisée il y a quelques années pour une action initiée par l'association "Romans d'Amour" (des artistes exposaient dans les boutiques des commerçants; avez-vous vu la superbe sculpture de Frédéric Gay dans la vitrine de la librairie de la Manufacture?)

 

 

Merci pour vos retours extérieur et intérieur sur l'offre commerciale de Romans. Concernant notre initiative, dans la mesure où aucune structure n'est à ce jour en place, nous avons tenté de faire connaître notre travail via cette plate-forme participative. Elle nous semblait tout à fait adaptée comme relais neutre vers les collectivités/élus, et les commerçants.
La prise de contact des premiers a été directe par mail, et pour toucher un maximum de commerçants nous avons tenté de communiquer (sans succès pour l'instant) à la presse notre initiative. 

Nous avons trouvés la réunion de jeudi soir encourageante. Pour les absents, il s'agissait d'un cabinet indépendant mandaté par RBE pour l'étude de l'offre commerçante de l'agglomération. Nous y avons entre autre appris que l'offre globale était plutôt orientée sur le moyen & moyen-bas de gamme, avec une prépondérance de l'équipement de la personne, et un léger déficit en équipement de la maison, loisirs et retauration/hotels par rapport aux moyennes nationales. Leurs principales préconisations sont :

- de conforter l'image de Romans en offrant aux visiteurs un cadre de shopping agréable (où flaner, boire un verre, etc...),
- de développer l'offre des magasins d'usine et de l'équipement de la personne (complémentaire à la zone des couleurs),
- de communiquer de manière globale sur l'offre de Romans,
- d'organiser la ville en terme de signalétique (de déplacement et de zones commerçantes) pour que l'offre gagne en visibilité.
Pour cela ils encouragent donc les commerçants à se rassembler et les pouvoirs publics à modeler l'urbanisme en ce sens. Sur le millier (j'ai plus le chiffre précis en tête) de commerçants de l'agglo, nous n'étions une 50aine hier soir dans la salle... si l'on enlève l'ensemble des élus et chargés de mission... nous devions être 20/30 commerçants.
 
Sur le fond c'est donc positif. Même sans solution concrête, le fait que cet avis soit rendu par un cabinet indépendant assure une large adhésion des élus (de tout bord), et puisque nos propositions recoupent de prêt celles-ci, nous devrions donc tous avancer dans le même sens.
Sur la forme la faible présence de commerçants hier soir montre qu'ils sont aujourd'hui peu disponibles pour des débats "théoriques", et confirme que nous devons avancer sur un projet concret pour qu'un maximum d'entre eux nous rejoignent.
 
Des contacts constructifs ont été pris pour étoffer notre groupe de travail en métiers et représentativité géographique. Nous invitons donc les commerçants intéressés à nous contacter via l'une de nos enseignes (pour rappel : Baietto Martine (le Dépôt), Le Roy Aurélie (Marques Avenue), Labaune Michèle (Roux Diffusion), Huriez Thomas (Comptoir A part), Manoukian Serge (Serge Manoukian), Vinson Christian (la Charrette)).
Enfin, des contacts avec les élus/futurs élus sont en cours et nous publierons ici-même les comptes-rendus de ces rencontres.

Thomas HURIEZ pour le groupe de travail

 

 

Re: Etudes publiques, données non publiques...

Je ne cesserais de m'insurger contre le fait que nos pouvoir publics, quand ils mandatent des cabinets d'études comme celui que tu cites Thom, pour faire des études sur nos usages et sur nos villes, ne nous mettent pas à disposition les résultats d'études. Ils les gardent par devers eux, comme un pouvoir qu'ils s'arrogent par une information qu'ils s'octroient.

Or, nous les payons avec notre argent ces études ! Elles nous concernent à plus d'un titre, car elles lisent nos pratiques, nos usages... Nous voudrions pouvoir accéder à ces études librement et pleinement. Nous voudrions qu'elles soient disponibles en ligne, sur le site de leur mandataire ! Nous voudrions qu'elles ne soient jamais discrétionnaires !

Voilà en tout cas un besoin de transparence sur lequel on voudrait entendre les candidats affirmer leurs valeurs.

Pour ma part, en tout cas, je vais essayer d'y travailler un peu plus activement cette année :

"La société a beaucoup à gagner à mettre en biens communs des données publiques, qu'elles soient d'intérêt général (comme les recensements, les données cartographiques et les études thématiques) ou plus locales sur le vivre ensemble et la connaissance partagée d'un territoire.
  • si les données de l'IGN étaient réutilisables on n'aurait pas la contrainte de se tourner vers les "google map" ;
  • donner à voir les études commanditées favorise le débat public et est un facteur de démocratie ;
  • en permettant la réutilisation de ces études, on ne favorise plus le financement de simples couper-coller mais la création de réelles valeurs ajoutées par les consultants.
  • donner à voir les réponses apportées à une enquête, un questionnaire augmente la qualité des déclarations soumises à un regard critique public ;
  • rendre accessible un projet d'école, de centre social favorise les synergies locales entre acteurs du quartier ;
  • publier les projets soutenus par une collectivité rend visible les « bonnes » pratiques et en favorise le partage d’expérience ;
  • permettre la réutilisation des photos et documents d'archive ouvre de multiples créations dans l'éducation, la mise en valeur des territoires ;"

 

 

Re: cartographie de Romans

@Coraline, Armel et Thom... : pour une cartographie sur l'internet, il faudrait qu'on trouve le temps d'en parler. L'association des internautes romano-péageois avait, l'année dernière, monté cela. Nous réfléchissons à lancer une nouvelle mouture, plus simple à gérer tout en y introduisant de nouvelles fonctionnalités (parcours, couleurs, meilleur référencement...) tout en restant collaborative. On en reparle ?

 

 

Re: cartographie de Romans

 Entièrement d'accord sur le fait qu'il est dans l'intérêt de tous de rendre public toutes ces études. Cela permet d'enrichir le débat d'avis extérieurs/citoyens/professionnels/partie-prenantes, c'est tout à fait légitime vis-à-vis des "administrés", et au niveau démocratique ça me paraît être du bon sens !!
Je suis un peu novice pour savoir s'ils sont juridiquement protégés (droit d'auteur, etc...). Par contre, j'ai monté 2 projets web tout à fait dans cet esprit participatif et d'information ouverte (http://www.librapport.org et http://www.pagesvertes.eu). Du coup pour less échanges que tu proposes hubert, je dis banco ;-)

 

 

Compte rendu de la rencontre avec Mr Bertholet et Mr Drésin le 8 février 2008.

Présents : Mr Bertholet, Mr Drésin, Aurélie LeRoy, Thomas Huriez.


Il en est ressorti leur parfaite adhésion aux préconisations du cabinet. Nos 10 propositions sont donc accueillies avec attention et crédit, d'autant qu'ils attendent des commerçants un minimum d'organisation. Ils ont conscience que rassembler tout le monde n'est pas possible et s'engagent à travailler au plus vite (début avril) s'ils sont ré-élus avec les commerçants/groupe de commerçants motivés.
Ils ont aussi partagés certains de leur projets dont l'aménagement de la place Jean Jaurés au coeur des principaux axes commerçants, et leurs réflexions sur les voies d'accès (voiture, augmentation des cadences sncf et stationnement) et l'emplacement de l'office du tourisme.

Par respect des calendriers électoraux (annonces, programme, etc...) des candidats, nous laisserons chacun d'eux annoncer les détails de leurs projets.

 

 

Re:

Je serais curieux de savoir comment la municipalité va faire pour imposer un accroissement des cadences SNCF :-)

Si ils savent faire, ça m'arrangerait qu'ils fassent rétablir la liaison Romans-Valence TGV de 6h19 qui a été supprimée au 1er janvier et qui permettait de prendre le premier TGV pour Paris, à 6h54.

Désormais, on doit prendre le TGV suivant et arriver à Paris à 9h49.

 

 

Compte rendu de la rencontre avec Mr Perret et Mme Bertrand le 15 février 2008.

 

Présents : Georges Perret, Magda Bertrand, Aurélie LeRoy, Serge Manoukian, Thomas HURIEZ.

 

L'avis extérieur formulé par les experts de Pivadis est retenu pour son bon sens, même s'il est resté sur sa faim en terme de solutions. Nos 10 propositions sont donc accueillies avec grand intérêt. Il propose de communiquer sur l'agglomération autour du thème "cité du bon goût" pour valoriser la gastronomie, l'élégance (commerce de l'équipement de la personne + cuir/chaussure) et le patrimoine dans une offre touristique globale pour mutualiser les temps fort (en terme de communication) et garder les visiteurs plus longtemps à Romans.

Sur l'organisation des commerçants, il pense qu'une fédération des associations de quartier des commerçants serait salutaire.

 

Comme pour la précédente rencontre, nous sortons satisfait de cette échange constructif, et laissons encore une fois chaque candidat développer son projet.